Full
Thumbnail

Philippe Martin

Senior Manager
Philippe accompagne depuis plus de 15 ans la transformation des services financiers de la banque et de l’assurance. Il a développé notamment une expertise dans l’évolution des modes et des modalités de financements.

Auteur : Laura Marx
Contributeur : Julien Mignerey
Responsable veille banque : Philippe Martin
Pour une présentation détaillée de cet article, contactez-nous : insight@stanwell.fr



Le crowdfunding ou financement participatif est le financement de projets, par un ensemble de contributeurs, qui sont mis en relation avec des porteurs de projets via une plateforme.

Il existe trois grands types de crowdfunding :

  • Le crowdgiving : le porteur de projet cherche à récolter des dons pour un projet personnel ou une association
  • Le crowdlending : les investisseurs financent le prêt d'un particulier ou d'une entreprise
  • L'equity crowdfunding : les investisseurs apportent au porteur de projet des capitaux nécessaires en phase d'amorçage et permettent à ce dernier de tester son concept, produit ou service.


Une croissance exponentielle du crowdfunding qui s'explique par des besoins non couverts par les acteurs traditionnels

Une croissance exponentielle en France et à travers le monde

Ces dernières années ont été marquées par une croissance exponentielle du crowdfunding. En France, les volumes ont été multipliés par 65 entre 2011 et 2016, passant de 8 à 515 millions d'euros. En 2016, le développement de la finance participative a été de l'ordre de 40%. Toutes les typologies progressent +37 % pour le don, +46 % pour le prêt et +36 % pour l'investissement.

Un développement significatif tiré par des placements en investissement, en particulier par le crowdlending

Principalement social en 2011 (62% de don), en 2016, le crowdfunding est dominé par les prêts rémunérés (plus de 62%) et la souscription de titres (24%) les dons ne représentant plus que (14%).




Cette croissance s'est également accompagnée d'une augmentation du ticket moyen. En 2016, le ticket moyen en investissement en capital est de 6 343€ et celui du prêt avec obligations est de 3 622€.




Un engouement qui s'explique par le fait que les plateformes ont réussi à répondre à deux besoins, jusqu'à présent, non adressés par les banques :

  • Mettre à disposition des porteurs de projet un financement en un temps record, avec des formalités administratives restreintes, tout en acceptant un niveau de risque supérieur à celui accepté par les banques. Cet accès rapide au financement profite particulièrement aux start-ups qui ont des besoins de financement importants mais ne peuvent apporter les garanties financières exigées par les banques.
  • Proposer aux investisseurs, des projets qui ont du sens, via par exemple la finance participative et solidaire, plan d'épargne solidaire. C'est le cas de la plateforme SPEAR (Société Pour une Épargne Activement Responsable), qui permet aux porteurs de projet d'obtenir un prêt avantageux grâce à des épargnants solidaires et à ces derniers de choisir des projets à fort impact social ou environnemental.
  • Ainsi, le crowdfunding répond à une attente sociétale plus large qui consiste à connaître la destination de ses placements financiers et à investir dans des projets qui ont du sens.


Financement traditionnel et financement participatif : des forces et faiblesses du qui se complètent


Les forces et faiblesses des acteurs sur la chaine de valeur :


Les forces des plateformes de crowdfunding résident dans leur capacité à :

  • Mettre en relation un grand nombre de personnes ayant une capacité de financement avec un porteur de projet ayant un besoin de financement via une plateforme.
  • Proposer à des particuliers et entreprises des offres de prêts dans des délais raccourcis par rapport aux délais des banques.

Leurs faiblesses résident dans le niveau de conseil proposé aux prêteurs / investisseurs.

Au mieux, les plateformes interviennent en tant que conseil dans l'évaluation des risques (imposer aux prêteurs une mutualisation des risques par le fractionnement de l'investissement d'un projet, mise à disposition d'outil pour évaluer sa capacité de financement) mais ne jouent pas pleinement le rôle de conseiller en investissement.

Le modèle de rémunération des plateformes, basé sur le volume de projets financés, les incite à proposer des rendements particulièrement attractifs au mépris de leur devoir de conseil en risque.

Les forces des acteurs traditionnels de financement résident donc dans leur expertise en analyse crédit permettant de proposer aux investisseurs des projets rentables.

Les banques, ont également la capacité d'identifier des sources de financement via le réseau d'investisseurs potentiels dont elles disposent en banque privée.


Quels types de partenariats mettre en place pour garantir un modèle gagnant / gagnant ?

Les forces et les faiblesses des deux types d'acteurs incite à la mise en place de partenariats. Les partenariats peuvent prendre des formes et des niveaux d'intégration variés : du simple partenariat de communication et d'image à l'investissement dans la plateforme.


Types de partenariats et avantages pour les acteurs traditionnels et les plateformes


Exemples de partenariats par typologie



Pour conclure, trois principes clés à respecter pour bien réussir son offre de crowdfunding

Pour réussir son offre de crowdfunding, les partenaires doivent capitaliser sur leurs forces réciproques :

  • Mettre en place une stratégie de communication et marketing autour du projet pour attirer les investisseurs et prêteurs,
  • S'assurer du maintien des avantages principaux des plateformes crowdfunding : un parcours client lisible pour le prêteur / l'investisseur, l'accessibilité au crédit ou au fonds propres et leur mise à disposition rapide pour le porteur de projets,
  • Garantir un service à valeur ajoutée pour les parties : proposer des services d'analyse de risque pour orienter les prêteurs vers des projets viables et des services de conseil en investissement pour que les investisseurs s'orientent vers des projets rentables.




Sources

Vernimen des Echos https://www.lesechos.fr/finance-marches/vernimmen/

Financeparticipative.org : baromètre du crowdfunding 2016 Communiqué de presse du 21/02/17 http://financeparticipative.org/barometre-du-crowdfunding-2016/

UFC-QUE CHOISIR Les placements participatifs Des placements risqués au potentiel moindre que le Livret A (23/02/17) https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-financement-participatif-alerte-sur-les-risques-et-abus-n24530/

Goodmorningcrowdfunding http://www.goodmorningcrowdfunding.com/vrais-chiffres-du-financement-participatif-france/



A propos de Stanwell Insight

Créé en 2006, Stanwell Consulting est un cabinet de conseil en stratégie et transformation, historiquement spécialiste de la Banque et de l'Assurance et depuis 2013 du secteur Retail & Luxe.

Son positionnement original associe vision stratégique des modèles métiers de ses clients et capacité à imaginer, concrétiser, et accompagner leurs plans de transformation, qu'ils s'attachent à l'efficacité opérationnelle, l'innovation, l'entreprise digitale ou la croissance de la rentabilité. Assurance, Banque, Retail & Luxe sont les « cœurs de cible » des interventions de Stanwell.

Fort de cette expertise et afin d'accompagner toujours mieux ses clients, Stanwell Consulting est à l'écoute des besoins de leurs propres clients via son équipe Stanwell Insight. Retrouvez sur le site https://insight.stanwell.fr les points de vue des experts Stanwell mais également les études quantitatives et qualitatives conduites par Stanwell Insight.

Stanwell Insight a également créé un partenariat avec Wizville pour construire une offre de service packagée permettant la mise en place d'outil de mesure de la satisfaction client à chaud ou la pérennisation d'observatoires.